Association des Enseignants d'E.P.S.           

AEEPS TOULOUSE

Accueil

Bilan Résumé du Stage

 

 

4. Stage sur les Activités Athlétiques : Athlétisme (les Sauts et les Lancers)

           

 STAGE AEEPS des 9/10 mars 2002 CREPS de TOULOUSE

Michel PRADET

 

En préambule les aspects théoriques de la démarche :

Dans l’activité Athlétisme, l’élève doit produire des effets et non des formes.

La seconde question qui doit solliciter notre attention ; est : " est-ce que les forces produites par l’élève lui servent à s’équilibrer ou à se propulser ? "

Le problème fondamental est que pour pouvoir se propulser, il faut être équilibré. Là se trouve le problème le plus important lors des réalisations motrices :

"  la force produite sert-elle à l’équilibration ou à la propulsion ? "

Il est important ici de définir ce qui est entendu par " équilibre " :

Etre équilibré c’est être disponible pour propulser, dans le domaine de la haute performance, les solutions de propulsion maximales sont des solutions où l’on propose des déséquilibres (exemple de la course curviligne au saut en hauteur où l’on recherche une prise d’avance des appuis en se penchant vers l’intérieur du virage, ce qui entraîne une prise de risque importante et un déséquilibre dans le virage pour celui qui ne possède pas les ressources physiques nécessaires à sa rééquilibration permettant une position corporelle en ligne).

L ‘équilibre athlétique ne doit pas être réduit à un équilibre statique ou vertical, mais à concevoir comme un état de disponibilité à la propulsion….(équilibre = alignement en mouvement).

Remarque : 1) il y a sans arrêt interaction " équilibration / propulsion ", ces deux paramètres interagissent en permanence tout au long de la progression de l’athlète, de l’élève…

2)les limites de cette alternance d’intervention sont fixées par le niveau des ressources du pratiquant.

En pédagogie, les actions proposées sont surtout du domaine de la " propulsion " alors que la plupart des élèves ont besoin de plus de consignes pour être " équilibré ".

L’incidence pédagogique nous amènera à rechercher en premier lieu l’équilibre (de l’élève, du système corps-engin) dans le nouvel acte moteur à produire avant de se consacrer à la propulsion.

 

LES PROPOSITIONS D’INTERVENTION :

L’idée sera de proposer des actions principalement orientées vers le maintient ou la restauration de l’équilibre, avant de proposer des situations orientées vers la propulsion.

Pour cela on joue sur :

Lors d’un premier niveau….

*l’augmentation de la durée des appuis et de l’amortissement (durée des appuis plus longue…ex :petit banc en saut en longueur)

*la limitation des vitesses d’exécution,

*l’augmentation des durées de suspension (valorisation de la composante verticale de la force, par un départ surélevé en perche, en demandant une surélévation des bonds en triple saut…)

*la réduction des rotations,

*la recherche d’un équilibre vertical,

*la pose sur l’arrière du pied (en talon, appui type piston..)

*élans réduits voire supprimés,

*poussées verticales (même si vitesse ou distance horizontale recherchées), accepter de ne pas raser la haie,

*départ debout en sprint…élan en ligne droite en Fosbury…

 

Deuxième niveau…lorsque l’équilibre semble résolu,

*rechercher l’augmentation de l’accélération (léger élan..),

*jouer sur l’augmentation de la vitesse d’exécution,

*lutter contre des sources de freinages inexploitables (construire le griffé..)

*création et utilisation des rotations.

Comment faire à ce moment là ?

*jouer sur la prise d’avance des appuis,

*jouer sur l’éloignement des engins lancés,

*augmenter les distances d’élan,

*appuis en griffé, course en fréquence,

*départs en starts, course curviligne en Fosbury…

 

PASSAGE SUR LE TERRAIN :

Exercices pour EQUILIBRATION et PROPULSION.

EQUILIBRE

Celui-ci s’obtient par l’équilibre du bassin.

Les segments libres peuvent aussi entraîner des déséquilibres.

1-Effectuer environ 20 m. en montée de genoux, cuisses à hauteur de bassin (à l’horizontale), pied flex (pointe relevée), l’avancée doit se faire lentement .

consignes :* garder les épaules en avant ® la position du pied flex et la demande de l’horizontalité de la

cuisse, entraînent souvent le dos en arrière (attention).

* demander d’avoir les appuis sur une ligne…

Quand le gainage du bassin est bon, l’équilibre est bon.

2- Effectuer 20m. environ en cloche-pied, pied flex, cuisse horizontale :

4 sauts à cloche-pied du droit suivis de 4 sauts à cloche-pied du gauche.

On observe, que pour s’aider et se réquilibrer certains lancent la jambe.

Consignes :* ne pas bouger la jambe libre,

3- Effectuer 20m. environ en sauts à cloche-pied, en ajoutant une coordination :

4 sauts à C.P pied droit, 4 sauts à C.P. pied gauche

2 sauts à C.P. pied droit, 2 sauts à C.P. pied gauche (2 fois).

Remarque : pour 2 et 3 on peut accentuer la difficulté en plaçant les bras à l’amble (coudes pliés)

 

PROPULSION

1-Sursauts alternatifs (sautillés des filles), en donnant de l’amplitude (sur 20 mètres).

Pour se propulser avec efficacité, il faut reprendre en dessous du bassin.

Consignes : rechercher l ‘amplitude par le griffé actif..

2- course en jambes tendues (20m.) ® sollicitation des ischios

Consignes : * demander d’engager les épaules (elles sont très souvent en arrière),

* augmenter la difficulté en demandant de fléchir les bras (on les tend naturellement pour

s’équilibrer).

3- Mise sous résistance pour augmenter la force de propulsion et l’alignement

par 2, l’un derrière l’autre, dans un couloir, l’élève de devant tracte l’autre en courant ; il a les bras dans le dos et tient les mains du partenaire. L’élève de derrière se déplace en freinant, sans bloquer la progression, pieds écartés pour ne pas géner celui qui tire.

4- Mise en résistance avec un élastique ou avec une corde (corde à la taille), le tracté a la corde qui lui passe derrière le dos, la corde est assez longue pour que les 2 élèves ne se gènent pas.

L’exercice a l’avantage de laisser les bras libres du tracteur.

Changement de surface

Réalisation des exercices précédents dans uns fosse de sable (assez longue)

Cette surface fait passer de la traction à la propulsion.

1- Faire des montées de genou, les sauts à cloche-pied (4+4), les sursauts alternatifs.

Remarque : la réalisation dans le sable fait apparaître une jambe de force ® une jambe qui propulse et une jambe qui rééquilibre. Le signaler tout de suite à l’élève.

2- Foulées bondissantes : départ hors de la fosse à 3 mètres. Compter le nombre de foulées bondissantes pour traverser la fosse.

Remarque : la tête est souvent baissée, regard vers le sol, demander de la redresser.

3- Foulées bondissantes en attrapant les 2 mains dans le dos. Compter les foulées, obligation de tenir le bassin.

4- Idem bras croisés devant . Compter les foulées.

GAINAGE DU BASSIN

2 par 2, se tenir la main ou le bras, coudes pliés, comme pour un " bras de fer ", main droite-main droite, jambe droite en avant, déséquilibrer latéralement le partenaire.

Faire changer la jambe avant, faire changer le bras.

 

PROPULSION (suite)

Sur la piste dans un couloir,

prendre la position du patineur de vitesse, fléchi sur les jambes, buste en avant, bras dans le dos, passer d’une ligne d’un couloir à l’autre, d’un pied sur l’autre, avec un arrêt sur jambe fléchie, sans sursaut.

Quand l’équilibre est obtenu, on demande 

                                                                 davantage de flexion,

                                    le pied dans l’axe sur la ligne.

Changement de surface : faire l’exercice précédent dans le sable.

  1. Mettre des cerceaux décalés dans la fosse,
  2. Faire l’exercice précédent en sautant d’un cerceau à l’autre (se rééquilibrer avant d’enchaîner).

  3. Idem en croisant le pied de réception.

SAUT A LA PERCHE

Les problèmes techniques se situent au niveau du levier, du pied d’appel et du coté duquel on dopit faire passer la perche (problèmes de coordination).

Vocabulaire : main directrice, la main la plus haute,

Levier de base : l’endroit le plus haut sur la perche où l’élève peut placer sa main directrice avec la perche en appui sur le sol.

Quand on saute au début sur un sautoir en sable ou en plaçant dans un butoir, on saute avec un levier de + 4 mains, on augmente progressivement le levier de 2 mains en 2 mains.

 

Situations :

  1. sauter en longueur dans le sable. Levier +4, se réceptionner pieds joints dans l’axe.
  2. sauter en longueur dans le sable et se retourner dans le saut lors de la suspension.

Consignes : soulever la perche, ne pas la piquer (pointage)…

Sautoir de perche planter dans le butoir :

Levier + 4 , élan sauter en se réceptionnant sur les fesses. L’enseignant peut aider l’élève en le poussant dans le dos.

Après, on ajoute l’élastique permettant de symboliser la hauteur à franchir…

SAUT EN LONGUEUR

Travail du " ramené "

Aménagement, 3 plinths de hauteurs croissantes pour effectuer des sauts en contre-haut (augmentation du temps de suspension).

Accélérer sur les plinths ; indice le bruit progressivement accéléré…

LES LANCERS

Le couple équilibre / propulsion se traduit par précision et distance.

En Javelot , on veut que l’engin pique dans l’axe du lancer.

Un élève qui n’y arrive pas peut avantageusement s’entraîner à lancer une balle contre un mur, le retour de la balle indique s’il lance dans l’axe.

Javelot échauffement : courses en miroir, dans différentes directions.

Courses en cloche pied avec regard, épaules et bassin face au prof. (miroir), couse en pas chassés,

Pas croisés, saut d’appel en double appuis et retour en arrière immédiate à partir de l a position de double appuis

Course en avant avec retour en arrière immédiate après un signal.

Situation : 1 cerceau par lanceur qui place le cerceau à une certaine distance, il doit lancer le javelot un peu plus loin que le cerceau, déplacer le cerceau à l’impact du javelot, lancer de nouveau au - delà..etc..

NB : on lance sans élan au début, mais on peut augmenter le chemin de lancement par la position du corps incliné en arrière avec le poids du corps sur la jambe arrière, après un élan très réduit intervient pour augmenter l’efficacité du lancer, et ainsi de suite ….

Critère de réussite : lancer dans l’axe.

QUAND ON RAJOUTE DE L’ELAN ON OBSERVE QUE L’ELEVE NE LANCE PLUS DANS L’AXE ,

CECI TRADUIT UN PROBLÈME D’EQUILIBRE…

Pour réduire ce problème, il est nécessaire de travailler le nouveau déséquilibre créé par l’élan, donc travailler l’équilibre du couple lanceur / engin avant de se consacrer à nouveau à la propulsion.

Situations : tenir le disque vertical et tourner de plus en plus vite pour faire prendre conscience que le disque tient dans la main crocheté par les 1° phalanges grâce à la vitesse de rotation.

Lancer le disque horizontalement, sorti par l’index (attention à la faute de main qui perturbe la position horizontale du disque).

POUR TOURNER EQUILIBRE, IL FAUT ETRE CAPABLE D’ENCHAINER PLUSIEURES VOLTES

Pour augmenter la propulsion, il faut augmenter le chemin de lancement ; tourner la tête un quart de tour dans le sens de la rotation dès le départ de la volte.

ON PEUT AUSSI DEMANDER A L’ELEVE D’AVANCER APRES LE LANCEMENT…

Pour lancer plus loin, pousser sur les jambes (action vers le haut), en fin de rotation quand on est en double appuis, ce qui va entraîner un déplacement vers l’avant du corps qui fera mordre la limite du lancer…(l’accepter et même le rechercher afin de pousser le plus longtemps possible sur l’engin). Le travail du " rattrapé " par la suite viendra palier à ce problème momentané.

 

Le stage s’est terminé par des échanges en salle sur des problèmes particuliers rencontrés par les participants lors de séances avec des élèves.

Merci une fois de plus à Michel PRADET pour sa disponibilité, sa gentillesse et sa compétence qu’il a bien voulu mettre à notre portée lors de ce week-end sympathique.